Les flammes jumelles : Lilith et Adam

 300_131241

Une fois n’est pas coutume j’aborderais un mythe moins connu et moins romantique celui de Adam et Lilith.
Mais il est temps de rendre à Lilith ce qui est à Lilith.
On retrouve la symbolique des flammes jumelles dans toutes les religions sauf les religions monothéistes dans lesquelles la notion de féminin et masculin est anéantie au privilège du masculin d’où serait issu le féminin, impliquant que Eve serait issue d’Adam et donc son inférieure et non de la même source comme le sous-tend le phénomène des flammes jumelles et le principe même du Yin et du Yang qu’on retrouve dans les autres traditions.
Mais c’est oublier l’un des pans du mythe d’Adam et Eve : Lilith, car Eve n’est pas la première femme d’Adam comme beaucoup le pense. Il s’agit d’une seconde union, la première étant Lilith.
Dieu à créer l’être humain à son image soit un pôle féminin et masculin dans Adam et Lilith et cette fois ils sont bien issus de la même source et tout devient clairement plus cohérent.
Alors entrons à présent dans cette histoire un peu triste et très certainement un peu dévoyée.
Lilith n’apparaît pas dans la genèse  on pourrait imaginer qu’elle n’est qu’un ajout ultérieur mais le souci est que pour nous qui étudions le phénomène des flammes jumelles nous nous apercevons que sa conception correspond bien plus aux habituels couples originels et qu’Adam et Eve a toujours fait tâche dans la tradition.
Lilith est souvent représentée comme un démon et une femme stérile. Elle est aussi  » celle qui sait  » ( le chaser – celle qui sait ) à cause de sa grande intelligence. Elle a été conçue en même temps qu’Adam et est donc née de la même terre et c’est pour cela qu’elle refuse de se plier aux exigences d’Adam se considérant comme son égal et qu’invoquant Dieu, des ailes lui poussent lui permettant de quitter l’Eden et Adam. Elle est un ange bien avant que Satan n’existe.
Certains textes évoquent qu’elle trouvera refuge dans le désert ce qui n’est pas sans rappeler le mythe de la lointaine dans l’histoire de Shou et Tefnout. De la même façon une corrélation se fait avec ce mythe puisque Dieu ( Ré ? ) devant la tristesse d’Adam envoi trois anges la faire changer d’avis mais elle refuse. Elle symbolise donc celle qui dit non à la supériorité de l’homme et à Dieu.
Elle est condamnée par Dieu à voir tous ces enfants mourir à la naissance et voilà pourquoi elle finie par se suicider. Les anges lui donnent alors le pouvoir de tuer les enfants des hommes.
Elle rencontrera finalement Samael ( Satan ) l’épousera et s’installera avec lui. Pour se venger Lilith est aussi le serpent qui provoquera la chute de Eve et d’Adam ( en lui donnant la connaissance ) – très troublant parallèle avec le serpent de la kundalini.
Ce mythe est véritablement d’une grande richesse, d’abord parce qu’il permet enfin d’apporter une origine qui apparaît beaucoup plus conforme à celle de l’être humain dans les traditions monothéistes.
Est-ce que Lilith était aussi cruelle que les textes ont tendu à le prétendre ultérieurement  ( si on imagine qu’elle a existé un jour bien entendu ? )
Réfléchissons un peu. La plupart des textes sur Lilith en font une femme cruelle et jalouse mais cela est incohérent avec l’idée même qu’elle ait quitté Adam par choix et refusée ensuite de le retrouver alors que les anges la supplient. Cela ne ressemble pas exactement à une femme amoureuse qui deviendrait jalouse de la nouvelle union d’Adam d’autant que l’existence de Eve, soumise à l’homme correspond à tout ce qu’elle se refuse à connaître.
Pourquoi pourrait-elle jalouser une position qu’elle a fuit ?
Lilith n’a jamais été jalouse de Eve et sans aucun doute a-t-elle toujours eu simplement un rapport conflictuel avec Adam et se contente-t-elle de le pourchasser par défi pour prouver qu’elle est son égale. Il apparaît que la plupart des couples de flammes jumelles mythiques ont des rapports conflictuels car ils ne se comprennent pas et surtout refusent d’admettre qu’ils sont strictement complémentaires. L’un se croyant souvent plus fort que l’autre.
Il est possible que les flammes jumelles aient quelque chose de cette brave Lilith, elles aiment l’autre mais deviennent indépendamment de lui. La part éveillée grandit à distance et est rarement soumise à l’autre si ce n’est qu’elles passent beaucoup de temps à chercher à le retrouver.
Il est aussi important de comprendre que l’existence de Lilith et de Eve dans deux femmes distinctes a été le fruit d’une interprétation. Il existait des textes parlant de Lilith et d’autres de Eve et c’est ainsi que les grands religieux ont interprété ce mythe mais au regard des autres croyances il se pourrait qu’ils se soient égarés.
Imaginons une autre histoire.
Lilith aime Adam mais veut s’éveiller et être indépendamment de lui ce qui n’est pas très productif en terme de reproduction génétique.
Elle s’enfuit dans le  » désert  » ce qui impliquerait qu’elle est le premier être sur terre mais comme elle ne peut se reproduire seule, elle n’a aucun enfant ou alors simplement on sait que génétiquement des enfants issus de deux jumeaux seraient contraints à une mort plus ou moins certaine. Cette solitude la contraint à mettre fin à ses jours, ce qui n’est pas sans rappeler la fin de la shakti de Shiva qui se jette dans le feu sacrificiel par rébellion à son père avant de renaître sous les traits de cette brave et souvent idiote Parvati, à l’instar de Eve, femme aimante et mère mais Parvati est aussi Kali, qui n’est pas sans rappeler le caractère impétueux de Lilith.
Il semble que le pôle féminin renaît dans toutes les traditions alors que le pôle masculin est invariant et originel.
Eve est génétiquement conçue à partir de Adam mais de façon a être en mesure de se reproduire avec lui, ils auront donc de nombreux enfants et peupleront la terre.
Lilith a-t-elle de façon malhonnête donnée la connaissance à l’homme ? Allez savoir…
Mais cela pourrait en partie expliquée cette constante poursuite de l’autre dans le but de lui apporter la connaissance de la vérité. D’une certaine façon elle a toujours un temps d’avance et sait.
Si on compare Lilith à la première Shakti de Shiva qui se suicide et renaît sous les traits de Parvati, il n’y a qu’un pas à penser que non Lilith n’aurait pas rejoint l’enfer mais serait née à nouveau sous les traits de Eve, il s’agirait donc de la même et toutes les interprétations sont erronées.
Il est vraiment fascinant de voir à quel point tous ces mythes se recoupent.
Quelles sont les constantes ?
1 – Il y a toujours deux jumeaux issus de la même source.
2 – Le pôle féminin se rebelle souvent contre l’autorité du père, Dieu, la prédominance masculine et s’enfuit  » dans le désert  » pour expérimenter seule, avoir des enfants seules – notion de solitude.
3 – Le premier pôle féminin est toujours stérile et se suicide ( destruction ).
4 – Le pôle masculin devient toujours triste d’être séparé de son pôle féminin voir fou dans le cas de Shiva.
5 – Des anges ou entités divines sont toujours envoyées pour convaincre le pôle féminin de revenir.
6 – Le pôle féminin renaît toujours sous les traits d’une seconde entité féminine plus douce et soumise, plus éveillée.
7 – C’est toujours le pôle féminin qui a la part de connaissance et qui l’a transmet au pôle masculin.
8 – Ils sont toujours chassés ou connaissent un nouveau monde.
Quelles corrélations pourraient-on voir avec le phénomène moderne des flammes jumelles ?
1 – Prédominance du modèle gémellaire impliquant qu’ils ne sont pas totalement conçus comme des couples au sens affectif du terme et explique entre autre leur incapacité à s’unir.
2 – Les pôles féminins de ce genre de couples sont souvent affranchis des notions conformistes et indépendantes ( ce qui se rencontre dans de nombreux témoignages dans cette fameuse formule :  » elles ne cherchent pas l’amour et se suffisent à elle-même. Elles sont. )
3 – Aucun enfant ne peut naître de l’union des flammes jumelles dans un premier temps. Leurs retrouvailles sont stériles et se concluent invariablement par  » une séparation  » ( suicide ) qui se traduira par une renaissance pour l’éveillée qui devient une autre femme.
4 – Malgré les apparences c’est à ce moment que le pôle masculin entre dans sa phase d’impossibilité d’accès au réel bonheur.
5 – Le retour du pôle féminin éveillé est toujours conditionné par des tiers entités que seront : la spiritualité et la connaissance.
6 – L’éveillée revient souvent sous les traits d’une personne plus apaisée. Elle a pris conscience de ce qu’ils sont et est donc prompt à s’unir avec l’autre. Elle sait et possède la connaissance du  » Un ». Elle n’est plus dans un conflit dominant-dominé. Elle est dans le lâcher-prise : ils sont.
7 – Elle est l’éveillée et c’est elle qui transmettra la connaissance au second pôle afin qu’il s’éveille à son tour.
8 – Il est possible que leur mission tiens donc à cette redéfinition de l’univers qui les entoure. Ils sont chassés à cause de leur connaissance du phénomène du paradis qu’est l’insouciance et l’ignorance. En rentrant Tefnout ramène la prospérité, par sa patience Parvati ramène Shiva au monde et le sauve et quand à cette brave Eve elle a engendrée l’humanité et … offert au monde la science.
Il est donc possible qu’elles soient seules capables de réparer certaines choses et que ce que nous enseignent toutes ces fables ne soient que cela.
***
Publicités

5 commentaires

  1. Encore un peu de poésie…Je suis curieuse de savoir ce que t’inspireras ce texte de Barjavel issu du roman « L’enchanteur ».

     » Il (Merlin) lui (Viviane) lui prit la main et ils furent à la cime.
    L’arbre était plus haut que toutes choses dans le monde.
    Il se terminait à la façon d’une pyramide, sa pointe tronquée formant une plate-forme, d’un feuillage aussi dense et résistant que la pierre. Dans l’épaisseur du feuillage étaient gravées les empreintes de deux pieds côte à côte et tête-bêche, chacune étant assez grand pour accueillir un homme couché. L’un avait son talon à l’est , l’autre à l’ouest.
    – Les pieds qui ont laissé ces traces sont ceux du premier vivant, dit Merlin. Celui que nous nommons Adam. Adam seul, avant Ève. Seul n’est pas le mot qui convient, car c’est un mot masculin.Adam n’était pas masculin. Ni féminin. Il était le Vivant, avant le partage du monde en deux.
    – Il avait une curieuse façon de marcher ! dit Viviane.
    – Il me marchait pas; il dansait ! Et maintenant, il court, il court après son sexe et son sexe est comme une plume dans la tempête : c’est le vent qui décide, et le vent ne sait rien…Et tout le vivant du monde s’agite, ou plutôt est agité, de la même façon…Regarde !
    Le monde se montrait en rond, à plat, autour de l’Arbre, dans son entier, avec ses terres et ses mers et ses quatre saisons. Et Viviane le voyait dans sa totalité et dans chacun de ses détails. Elle vit des animaux familiers et d’autres qui lui parurent fantastiques. Elle vit dix millions de formes différentes d’insectes. Elle vit des fleurs grandes comme des tables et d’autres comme un grain de sel. Elle vit dans les eaux des océans des milliards d’espèces si petites que l’œil humain ne pouvaient les voir et qui n’étaient ni plantes ni bêtes et les deux à la fois. Elle vit des êtres humains noirs, jaunes, rouges, bruns, blonds, roux, grands, petits, en foules, en couples, en armées, en familles. Et plantes, bêtes, humains, géants, invisibles, volant, nageant, rampant, gluants, courant, sautant, grouillaient du même mouvement incessant, désordonné, chaque être n’étant qu’une moitié, trouvait une autre moitié qui n’était pas la sienne, essayait de s’unir, ne faisait que s’accoupler, se séparait, recommençait, tandis que naissaient partout, sans arrêt, d’autres moitiés qui, des qu’elles pouvaient bouger, commençaient à chercher leur moitié…
    – Mais pourquoi ? demanda Viviane. Pourquoi Dieu a-t-il séparé les moitiés du monde ?
    – Lui seul le sait, dit Merlin. Adam Premier était au commencement, mais il était aussi une fin, puisqu’il était complet…Peut-être cela n’était-il pas bon. Il contenait toute la vie, mais la vie en lui ne bougeait pas. Il était pour elle une prison. Dieu l’a coupé en deux pour que la vie s’évade et se mette à couler.Adam plus Ève sont devenus source. Tu as vu grouiller la vie dans le monde présent, regarde-la couler à travers le temps…
    Et Viviane vit Adam homme et Ève femme couchés côte à côte sur la terre nue. Ils se tenaient par la main, et de la poitrine ouverte d’Adam et du sexe ouvert d’Eve coulait une source qui devenait ruisseau puis fleuve. À mesure que passaient les milliers et les millions d’années, le fleuve s’élargissait, devenait plus profond, plus puissant, emplissait les océans, submergeait les continents, et continuait de couler, lent, puissant, inexorable, formidable. Chacune de ses gouttes était un être vivant qui, homme ou insecte, s’accouplait et engendrait d’autres êtres vivants qui n’avaient d’autre mission, d’autre devoir, d’autre raison d’être, que d’engendrer d’autres vivants chargés de la même mission.
    – Où va ce fleuve ? murmura Viviane. Va-t-il quelque part ?
    – Regarde-le bien: au contraire des fleuves non vivants il ne coule pas vers le bas, il monte…
    Et Viviane vit que le fleuve était déjà plus haut que les terres et les océans, plus haut que les montagnes. Elle regarda le ciel, demanda :
    – Là-haut ?
    – Là- haut il y a d’autres mondes, aussi nombreux que les gouttes du fleuve…
    – Et Dieu ?
    – Dieu ? …La vie mettra peut-être l’éternité pour le rejoindre…
     » Voilà sans doute pourquoi celui qui est appelé à découvrir le Graal doit être vierge. Il faut qu’il soit arraché du fleuve, libéré du désir qui l’entraîne dans le courant et fait de lui un esclave indiscernable parmi les milliards de milliards d’esclaves, hommes ou bêtes, accomplissant la même tâche: assurer la continuité de la vie.
    – Alors l’amour est une supercherie ?
    – Qu’en penses-tu ?
    – Je pense que rien de ce que tu m’as montré ne tient contre ce que j’ai à te dire.
    – Qu’as-tu à me dire ?
    – Je t’aime, dit Viviane. »  »

    Pour ma part, depuis que je suis apaisée et guérie de la séparation originelle (que j’ai vécue comme un cataclysme), je vis l’Amour à la source, je le laisse s’écouler dans chacune de mes cellules, s’exprimer sous toutes ses formes…Inconditionnel et universel.
    Et ce sont les derniers mots de Viviane que je fais miens, sans me poser davantage de questions sur ce lien si beau et poétique…J’essaie de rester, même si ce n’est pas toujours facile, dans le vivant instant présent, sans flash back ni projections, sans attentes…
    Je me laisse guider par l’Amour, cette sagesse du cœur qui transcende tous les obstacles…J’ai toute confiance, je m’en remets entièrement et me laisse porter par la magie de cette aventure extraordinaire que je suis si contente de vivre !

  2. Je me permet de faire remarquer qu’un texte ancien a été retrouvé et traduit racontant la rencontre entre le Fils de Dieu (appellé Joseph dans le texte) et sa flamme jumelle Marie-madeleine (appellée Asaneth je crois).

    Ce texte appartient à la branche Gnostique chrétienne des premiers siècles et remet en question une partie des croyances des chrétiens d’aujourd’hui.

    Le livre s’appelle « L’évangile oublié ».

    Il raconte notemment de façon imagé la rencontre entre Jésus et Marie-madeleine, leur mariage et le fait qu’ils eurent deux enfants. La Vierge était Marie-madeleine et non la mère de Jésus…

    Ce couple de flammes jumelles mériterait d’être dans ce chapitre… voilà qui est fait.

  3. Merci pour cet article. J’avais déjà fait le rapprochement et j’assume totalement d’être Lilith pendant la séparation. C’est d’ailleurs la base de ma mission (bien avant la rencontre) : éveiller Lilith chez les autres femmes.
    Cet proposition me parait tenir la route et retrace trait pour trait ma propre histoire FJ.
    Par contre, je ne suis pas prête à devenir une Eve soumise quant bien même il s’agit de ma flamme jumelle. Il me semble au contraire que Eve est le modèle patriarcal vendu comme modèle aux femmes pour les empêcher de se saisir de leur pouvoir initiateur de Lilith. L’enseignante et l’initiatrice, celle qui détient le Savoir et les clés de la Connaissance est bien la femme et le patriarcat bataille très fort pour nous faire croire le contraire.
    J’ai notamment beaucoup de mal avec tous ces enseignants qui se répandent en satsong sur youtube en parlant de leur FJ qui se contente d’être à côté comme une potiche. Pourquoi ils ne passerait pas le micro à leur femme puisque dans l’intimité et dans les faits, c’est bien elle qui éveille. Elle peut en parler aussi bien si ce n’est mieux que lui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s