Les flammes : un Ka pas comme les autres ?

L’analyse du Ka est intéressante du point de vue symbolique puisque elle aborde une notion de gémellité du Soi. Ce Ka est vu comme « la force vitale » telle que nous l’avons traduit et chacun naîtrait avec un Ka qui lui ressemble en tout point et qui outre une force symbolise aussi une notion « de transmission » de l’être et d’information. Cependant, ce Ka ne serait pas incarné avec nous sur ce plan.

Cette étude peut s’avérer édifiante pour les flammes si nous établissons certains corolaires avec des fonctionnements liés au traitement de la lumière par la matière. On a aussi induite l’idée d’énergie vitale qui anime le bras a distinguer de celle qui rayonne et engendre l’image que nous en avons dans le monde des sens.

Pour le travail, on peut envisager le Ka comme une forme de double énergétique entre émis et absorbé ce qui anime et ce qui est émis et projette l’image.

spectres-h

Il faut s’extraire dans cette recherche des langages ou symboles utilisés pour en trouver l’essence. En effet, quelque soit la forme ce qui importe est plutôt ce qui sert à alimenter notre « flamme » et cela est dans tout ce qui est autour de nous dès lors que nous parvenons à transcender la forme. Il existe un langage universel qui est parlé en quelque sorte par l’âme qui a une « inconscience innée » des principes et lois qu’il est possible de faire remonter dans le conscient sous la forme d’un langage (art, révélation etc…) dans le monde conscient.

Revenons-en à notre image.

Elle est construite par ce que nous émettons un rayonnement, produisant une part du nous manifesté mais le spectre d’absorption est en quelque sorte notre « empreinte » énergétique ou intérieure (visualisez là comme vous le souhaitez). Elle nous ne pouvons la percevoir mais elle est ce qui engendre notre image dans le monde et anime l’Etre et que nous nourrissons donc tout comme le Ka. Bien entendu en raison de la complexité de notre construction il faut se contenter de s’imprégner du mécanisme intuitif. Sachant que ces niveaux d’énergie propre sont les conséquences de l’information ADN transcrites.

En somme, ne gardant que le mécanisme. Telle la particule changeant de niveau d’énergie avant de rayonner puis redescendant à son niveau fondamental, telle l’inspiration, le souffle nourrissant le corps puis étant réémise dans l’expiration pour nourrir ce qui est extérieur au corps, dans le monde manifesté.

Ce mécanisme est essentiel à comprendre car il est en jeu dans celui des flammes jumelles puisqu’il en est peut-être une évolution que nous verrons ultérieurement.

S’imprégner de ce mécanisme et le faire remonter à la surface comme de l’inconscient (mécanismes non conscients) est un travail essentiel pour se ressouvenir(*).

(*) Ici le mécanisme de ressouvenance n’est pas vu comme se souvenir que dans une autre vie nous avons été danseuse de claquettes mais des états que nous avons occupés et que nous projetons ici sous une autre forme ou symbolisme.

Cette force vitale pour les anciens égyptiens existe donc bien en quelque sorte car c’est elle qui anime le corps mais tel un jumeau invisible est à l’origine de la vie.

Avant finalement d’admettre l’existence d’un Ka pour l’ensemble des individus il était un attribut unique des pharaons garants de l’ordre cosmique. Ils étaient même dans certains textes, les seuls à être incarnés avec leur Ka. Normalement, il n’était pas possible d’être incarné avec son Ka qui reste « sur la surface » de l’autre monde. Il est simplement façonné en même temps que l’être. Simple construction évidente en raison de la transcription par « complémentarité » et de la brisure de symétrie inhérente à la création même de notre univers.

Les flammes seraient incarnées avec leur Ka ? C’est là une question que nous pouvons nous poser. Notre force vitale est-elle incarnée dans ce monde où seule notre image devrait exister ? Il est possible que l’autre soit ainsi la manifestation complémentaire de notre force vitale dans le monde manifesté. Cette approche « complémentaire » implique que nous soyons la manifestation de la sienne. Nous émettons ce qui le nourrit et inversement d’un point de vue symbolique. C’est là une simple approche qui n’a d’autre but que la réflexion.

Ainsi, le Soi est originellement séparé et l’un reste dans l’autre monde jusque là c’est de la physique élémentaire. On ne pourrait jamais voir « cette force vitale » mais on peut par contre en apprécier les aspects dans le monde au travers de l’action, la force et la projection même du Soi.

« Chaque fois que nous traversons le miroir nous changeons de sens. Mais la plupart du temps nous ne faisions que nous y refléter sans parvenir à le traverser. »

Si nous nous replongeons un peu dans les spectres précédents et bien, dès lors qu’il n’existerait pas de spectre d’absorption et bien l’intégralité serait réémis (lumière blanche) d’un point de vue symbolique il y aurait union des deux éléments.

Faire oeuvre de flamme est avant tout d’être un « émettant pur » c’est à dire . Plus encore que la rencontre avec son autre c’est la quête et le fait d’arpenter le chemin qui amène à découvrir le « sens » et lever les voiles.

Il faut y voir ici une base importante : de même que les niveaux d’énergies ne sont pas les mêmes ainsi les connexions générant l’éveil et la révélation ne peuvent se faire qu’à la lumière de sa « propre reflexion » et les supports qui peuvent être communs ne détiennent aucune vérité. Ils ont pour unique usage d’être un préalable au mécanisme de réflexion. Un texte peut-être sacré non par son contenu mais ce qu’il révèle à l’individu de son Soi véritable. Il est semblable à la lumière blanche dont la matière n’absorbera que ce qui est de l’ordre de « son empreinte » et lui permettra de rayonner sa propre vérité. Ainsi est écouter sa propre flamme qui seule révèle.

Vous pouvez trouver ici quelques explications sur le sujet.

http://spectrocopieastrophysique.e-monsite.com/pages/spectres-de-raies-d-absoption.html

Nous nous basons là sur les mécanismes scientifiques pour en extraire les principes qui se traduisent à notre niveau. Comme on le note dans l’ADN et ses brins complémentaires avec ensuite la transcription qui donnera lieu à la production de protéines et donc l’architecture de la matière et son fonctionnement. C’est une traduction du mécanisme initial et nous n’en tirons un symbolisme qui nous permet de nous situer « en cohérence » dans ce monde.

cc_bio_13i01z

Nous avons donc à chaque fois une notion de complémentarité entre manifesté et non-manifesté qui pourtant donne son sens à ce qui se manifeste.

Revenons donc à ce Ka qui visiblement dans la composition de l’Etre que se faisait les anciens égyptiens semble s’appuyer sur des principes qu’il est possible d’expliquer bien des années plus tard. L’imagination a tirer finalement une forme de « ficelle d’information » inconsciente dont je parlais plus haut comme si il existait chez l’individu une connaissance « immanente » de lui-même qui sans être magique résulte simplement d’une connaissance inconsciente (quand non traduits et non dévoilés) des principes qui sont à l’origine même de l’Etre et qu’il visualise en raison de la brisure de symétrie comme « transcendante ».

On se souvient de la paille dans l’eau qui paraît brisée en raison du changement de milieu et il en est sans doute ainsi de la perception du Soi.

L’homme croit voir en dehors de lui ce qui est en lui en raison d’un décalage illusoire ayant lui-même engendré l’espace-temps. Il ne s’agit pas de s’extraire de l’illusion car elle fait partie de la compréhension du monde mais de l’appréhender pour la dominer et en faire une force.

« La flamme jumelle non-éveillée pourrait être le support que la flamme jumelle éveillée à choisi pour projeter cette énergie vitale, cette partie du Soi non manifestée qui donne le sens à son existence unissant le soleil et la terre symbolique. »

Que se passerait-il alors pour un individu incarné avec sa force vitale, le niveau d’énergie non manifesté, -appelons-le comme il nous plait et nous est simple de le visualiser avant tout.

Ainsi nous nourrissons ce niveau qui nous permet d’être et de manifester et fait fonctionner notre organisme mais le manifesté et le non-manifesté sont le « mécanisme » total de l’âme comme conscience et inconscience sont la vision duelle du Soi mais il y a union du Ka et de l’individu car il est ce qui anime son bras et donne du sens.

Les flammes sont incarnées comme les pharaons avec leur Ka puisqu’elles sont en mesure d’en produire une vision manifestée par l’intermédiaire de l’autre. Il est la projection de l’invisible, de l’énergie vitale, du sens et aussi de l’amour quand il y a union puisque que flamme éveillée et non-éveillée pourrait manifester symboliquement ce « maintien de l’ordre cosmique » au sens où ils sont garants de l’équilibre et de la complémentarité, indispensable à la lutte contre le chaos.

Quand on meurt on rejoindrait son Ka, c’est à dire en quelque sorte qu’il apparaît sur un autre plan. Nous ne manifestons plus dans le monde, nous ne rayonnons plus et nous ne sommes plus en mesure d’émettre afin que cela soit perceptible à notre niveau d’information.

Il y a en quelque sorte la force vitale agissante et son image incarnée sur le même plan. C’est en cela que les flammes manifestent dit-on l’amour symbolique c’est à dire que si nous envisageons l’amour comme la notion de « lien », « d’union », de complémentarité et d’être alors cette union qui lie le visible et l’invisible et qui est source de Soi est là manifestée.

L’âme et ses deux pans se trouvent ici incarnée dans deux êtres ce qui ne devrait pas être le cas. Il y a manifestation de l’union de la force vitale et du sens avec son image. La flamme éveillée pourrait progressivement comprendre que si le sens de sa vie semble soudain détenu par l’autre c’est que l’autre manifeste son énergie vitale qui permet de devenir et Etre.

Elle reconstruit l’entièreté de l’Etre.

Tout comme le Pharaon qui est constitué d’une part terrestre (manifesté) et divine (ce tout, cette énergie vitale non manifestée), il devient l’expression du Dieu quand il parvient à s’unir à son Ka (sans doute cette quête inconsciente de la flamme éveillée). Il y a manifestation du Dieu Horus qui est l’œil protecteur et qui est la notion d’unité manifestée.

Le pharaon est garant de la Maat et c’est le lien le plus important avec sa nature divine. En offrant, la source de rayonnement et les principes terrestres il nourrit l’autre monde qui établit alors les cycles. C’est bien là la projection du souffle de vie comme si l’inspiration humaine nourrissait notre part divine puis l’expiration divine alimentait le monde terrestre tel qu’il se projette (c’est de la physique élémentaire quand on traduit cela avec des mécanismes de rayonnements) et notre soleil possède aussi un Ka en quelque sorte il y a ce qu’il rayonne et son emprunte intérieure et ce qui le compose, sa traduction dans notre univers manifesté.

Les flammes ont projeté ce souffle et le manifeste désormais, voilà pourquoi il en cherche la fusion. Nous verrons plus avant la notion de Maat et de fonctionnement, de spectre qui permettra de comprendre la constitution un peu différente des flammes et pourquoi il est fait état de cette flamme jumelle sous d’autres aspects puisque tout individu possède une flamme.

Dans tous les cas ce texte vise à vous permettre de vous interroger, restaurer le lien analogique avec une part plus profonde de l’être.

(…)

 

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Les flammes : un Ka pas comme les autres ? »

  1. Belles approches des flammes jumelles, mais a mon ressenti, beaucoup d’inconnues aussi dans les finalités et le sens profond du pourquoi de « maintenant » ce phénomène qui semble tout de même plus globale…..la compréhension est métaphysique et de moins en moins « terrestre ». Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s