Petit quotidien de recherches

Comme il devient difficile pour moi de lutter contre ma nature cérébralement chaotique et de ne pas utiliser la réalité de ma plume (humour compris) je vais délivrer via cette page mes questionnements et mes réflexions brutes si chacun veut venir y fouiller ou y disserter sur un coin de table. Cela m’éclairera ou vous éclairera ou… enfin bref !

21/11/2015

Rinpoche avait en partie raison quand on prend conscience des cycles, quand chaque jour devient une sorte de jour sans fin dans lequel nous percevons ces illusions alors nous commençons à avoir besoin de nous en libérer et ce par la connaissance et la pleine conscience.

Est-ce que toutes les flammes ont cette sensation étrange ? Est-ce qu’elles ont de plus en plus l’impression que chaque jour est un début sans fin comme si ces jours n’allaient jamais finir, comme si elles étaient immortelles je me le demande ?

Les scientifiques se sont penchés depuis plusieurs années sur le cerveau des mystiques pour comprendre ce qui pouvait bien se produire et pourquoi ils avaient cette sensation de faire « Un » avec le tout notamment chez ces braves religieuses ou les moines bouddhistes ou encore le parler en langues chez les pentecôtistes. Même si les deux mécanismes sont un peu différents puisque si les premiers vont éteindre la zone responsable de l’espace donnant l’illusion d’être en lien avec le Tout pour les autres les mécanismes et ressentis sont différents.

Nous sommes gérés par des cycles et cela se traduit par des productions hormonales conditionnées au niveau du cerveau. Nous dormons ou nous réveillons. Nos sens traduisent de l’information en s’appuyant sur la captation d’ondes et ces ondes sont donc reproduites inconsciemment par notre cerveau via entre autres des cycles hormonaux.

En phase de méditation les fréquences cérébrales émises sont basses, la lumière que nous émettons l’est également et donc nous percevons des ondes autour de nous de très basses fréquences. Notre cerveau voit donc la zone en quelque sorte responsable de notre projection du temps s’éteindre progressivement générant de nouvelles sensations.

C’est assez simple et il n’y a même pas lieu d’expérimenter pour comprendre. A basse fréquence nous sommes dans de grandes longueurs d’ondes et l’énergie est moindre. Si nous prenons des particules et que nous les descendons à très basses fréquences presque au niveau du zéro absolu et bien leur longueur d’ondes deviennent si longues qu’elles peuvent même possiblement former un condensat et ce sont les mécanismes en lien avec la supraconductivité. Si des particules forment un condensat à très basses fréquences générant la création d’une nouvelle phase et bien c’est la même chose pour nous car les principes sont les mêmes, seule notre projection de l’information diffère  avec le support d’appréhension de l’information qu’est notre esprit. En somme, si des particules peuvent le faire comme des grandes et bien nous aussi hein ! Et voilà un joli méli-mélo d’information qui devient l’âme de tout un cosmos ! Oui bon j’exagère … !

Dans une telle situation, on peut imaginer qu’en raison du principe d’incertitude nous ne faisons que reproduire cette appréhension de notre environnement, si à basse fréquence une particule est partout et bien notre cerveau reproduit ce mécanisme. Le méditant est donc bien en lien avec le Tout car il est ce Tout. Du moins en expérimente-t-il la sensation… Et de ce fait il accède à la banque d’information plus aisément comme l’enfant qui émet des ondes très basses durant ses grandes phases d’apprentissages.

Essayons de comprendre maintenant ce qui se passe lors du parler en langues qui chez les pentecôtistes est la preuve de la manifestation de l’Esprit Saint. Il faut bien comprendre que l’Esprit Saint est depuis toujours le verbe de Dieu. En somme il manifeste l’union sacrée de l’information et de la lumière. Il donne aux porteurs la capacité de transmettre l’information en quelque sorte divine, d’être des messagers de la vérité mais pour cela il faut s’affranchir de l’illusion non de l’espace cette fois mais du temps.

Il se trouve que Gandhi en disant que « Dieu n’était pas la vérité mais que la vérité était Dieu » avait en partie mis dans le mille (même si je ne suis pas totalement certaine que Gandhi était un excellent joueur de fléchettes) !! Certes cette vérité peut se retrouver projetée, manifestée dans notre univers macroscopique sous la forme d’une image, d’un son détecté par les sens mais il serait compliqué de dire que Dieu n’existe pas si on le considère simplement comme la vérité.

Paradoxalement, Dieu est insaisissable car en mouvement permanent d’où le fait que le parler en langues génère des messages incompréhensibles la plupart du temps et je suis bien placée pour le savoir étant donnée que je souffre de cette infirmité depuis que j’ai su mettre un mot l’un devant l’autre et ce même si je ne commence seulement qu’à en comprendre les mécanismes.

Quand notre cerveau parle en langues et bien il parle forcément la vérité en mouvement et nous ne comprenons rien à notre niveau de conscience.

Ainsi, si vous êtes dans une voiture qui roule à une vitesse x et que le reste de l’environnement avance à la vitesse de la lumière je vous défis de percevoir autre chose qu’un brouillon d’images confuses voir uniquement de la lumière et de ce fait et bien c’est la même chose avec l’information qui circule autour de nous.

C’est un peu comme un ordinateur en train d’effectuer des tas de calculs de probabilités ou énonçant des vérités en mouvement permanent. Il les saisit mais devra bien à un moment donné si il revient à une certaine vitesse compréhensible en manifester uniquement une partie précise et non l’intégrité du message puisque l’intégrité est le mouvement et que notre cerveau ne va pas assez vite… !!

De la même façon souvenons-nous : l’onde/particule est partout et si nous l’observons elle prend une position déterminée. Ainsi en est-il de la vérité et l’homme ne peut énoncer que des vérités locales ou parler « La vérité » sans que personne n’y comprenne rien (pour le moment) car notre cerveau ne peut gérer à son stade toutes ces informations qui vont cette fois beaucoup trop vite.

Nous avons le choix entre observer une vérité locale (pas trop rapide) qui se manifeste dans une portion de l’espace ou alors avoir l’infirmité de les capter toutes mais de devoir tronquer une grande partie de ces informations en redescendant à des vitesses de traitement acceptables !

En tout cas, il y a une réaction cérébrale où la zone liée à l’espace est à l’inverse active tandis que celle liée au temps l’est moins. Ainsi, s’affranchissant du temps l’information est-elle plus pure mais les voies de Dieu sont ici toujours impénétrables !! :)

En somme si on dit que celui qui parle en langues doit prier pour pouvoir les interpréter c’est en raison de ce décalage. Hélas il n’y a pas derrière chaque personne atteinte de cette étonnante particularité un bon ordinateur quantique, un mathématicien ou un bouton de ralentissement qui si justement nous l’activions comme notre esprit le fait ne délivrera qu’une vérité spatio-temporelle trahissant les voies de Dieu.

Avec la connaissance de tout cela et bien on peut vaincre certes certains conditionnements mais comprendre ne permet pas de vaincre certaines entraves physiques.

Ainsi, tandis que la méditation nous relie au Tout spatialement (ce qui notamment se fait par les rêves) et nous permet de faire Un avec l’information statique, à l’inverse avec le parler en langues nous parvenons à capter l’information en mouvement, à la retranscrire dans son essence pure mais des problèmes de vitesse donne un charabia inintelligible, ne nous voilà donc guère avancée !! Quand nous reprenons une vitesse normale, hop nous nous retrouvons avec des vérités obsolètes.

C’est ensuite la guerre des vérités obsolètes contre des vérités obsolètes tel qu’actuellement.

Du coup, dans les deux cas on parle bien d’information soit on accède à cette information en formant un Tout avec elle soit on peut la capter et la retranscrire sans forme avec le verbe de dieu mais personne ne comprend rien au verbe de Dieu si on ne redescend pas dans le monde à une vitesse macroscopique.

Pas si simple !!

Il faudrait que Bouddha parle en langue mais comme il ne pouvait pas rappelons nous qu’il a simplement montré une fleur de lotus avec le doigt comme manifestation de vérité (surement l’idée des vérités multiples qui se succèdent liées les unes aux autres comme les pétales du lotus, d’où chaque pétales émergent des pétales précédentes) et que ce brave St Jacques ( qui n’était pas une coquille – non mais vraiment j’ai pas pu m’empêcher ! ) et bien ne pratiquait pas la méditation ( néanmoins ce n’était pas faute à Jésus de rappeler que ceux qui sont dotés de l’Esprit Saint et du don de parler en langues doivent prier pour interpréter et qui dit prier dit « méditer » ). Tiens, ça me fait songer qu’il doit y avoir un passage quelque part…

Pour le moment le véhicule que notre âme habite n’est bien entendu pas encore assez performant pour appréhender ces nouvelles informations mais il va évoluer possiblement ou nous-mêmes. Que notre corps évolue ou que notre âme soit dans un véhicule capable d’appréhender l’information de l’univers à d’autres niveaux de conscience la prochaine fois n’est pas fondamental.

Mais où se situent les flammes sur l’échelle de l’évolution ?

Il faut comprendre que cette manifestation se fait en premier lieu au niveau du cerveau qui va appréhender les choses différemment. L’illumination est comme si nous éclairions telle ou telle zone de notre cerveau ou plusieurs en même temps ou que nous trouvons la bonne simultanéité ou établissons de nouvelles connexions. Bien sur les mécanismes manifestées dans notre cerveau proviennent d’information relayés à d’autres niveaux d’information mais je sens que je vais vous perdre là !!

La primo traduction c’est qu’au lieu de voir l’espace et le temps et bien les flammes ne vont plus avoir les mêmes frontières spatiales etc… cela change possiblement la vision de l’univers et donc forcément la conscience que nous en avons car plus nous accédons à des degrés d’informations spatio-temporelles différentes plus par inférence notre cerveau peut ramener des informations dans la sphère consciente par l’intermédiaire des sens donc de façon manifestée.

Si les flammes sont les enfants de l’intrication quantique  – Les flammes sont deux systèmes manifestés mais un système unique d’information.

Cela implique bien qu’ils ont deux corps, deux esprits et une même âme. Il faut donc qu’ils mutualisent leurs instruments (euh.. non mais pas tous !)

Principes :

non-localité : deux objets distants ont une influence instantanée l’un sur l’autre alors que classiquement on pense que ce n’est pas possible. l’information voyage normalement à dos d’ondes et au maximum (plus ou moins :) ) à la vitesse de la lumière. Les deux flammes sont deux corps manifestés avec deux cerveau mais comme leur information (âme) est commune alors quand le chemin de l’un se modifie celui de l’autre le fait en même temps même si ils ne semblent ni se parler, ni se toucher. D’où l’importance de la conscience…

Si l’une des flammes va contre ce que sa conscience lui indique alors elle déséquilibre l’autre flamme comme elle se déséquilibre également et c’est ensemble qu’elles s’éloignent de leur chemin ou qu’elles le retrouvent, c’est ensemble qu’elles équilibrent ou déséquilibrent le système tout entier, ensemble qu’elles manifestent ou pas mais euh pas ensemble qu’elles se font des baisers sous la pluie hein…  :)

Ainsi, si il est plus simple pour la flamme éveillée de suivre son chemin en conscience il est plus dur pour l’autre flamme de le faire et c’est ce qui génère des bouleversements ou le chaos dans la vie de l’autre alors qu’il s’évertue à y mettre équilibre et ordre.

Il n’est néanmoins pas possible de communiquer par les voies classiques pour des raisons de non-causalité. Les flammes ne peuvent s’influencer l’une l’autre.

Leur action modifient leur chemin commun. Seulement si on monte sur la plus haute tour pour crier son amour à l’autre et bien cela n’aura pas vraiment d’impact car c’est juste comme si on criait son amour à l’autre et c’est du verbe sans sens. L’autre le vit comme si il vous criait son amour dans le vide en attendant une réponse de votre part qui ne vient jamais parce que justement hein… vous vous attendez la sienne et voilà pourquoi ils ne comprend rien.

Par contre si on s’aime soi-même et bien là c’est magique. Essayez de ressentir cette étonnante situation plus vous vous aimez, plus vous êtes vous et plus vous ressentez l’autre tout contre vous et plus il vous aime en fait. Ça ça marche si c’est bien votre flamme et que le lien a été établit.

Il faut donc simplement continuer de suivre sa voie en conscience en s’adaptant.

Si la flamme non éveillée prend le chemin bleu alors que le système lui indiquait de suivre la voie rouge et bien la flamme éveillée verra apparaître de nouvelles opportunités et d’autres s’effacer instantanément. Qu’elles ne s’en inquiètent pas surtout et suivent les voies éclairés même si elles semblent très mouvantes. En cela elle maintient l’équilibre « en conscience » de leur âme avec le Tout. Si la flamme éveillée veut rester bornée sur son chemin initial qui était éclairé mais ne l’est plus cela va encore plus déstabiliser l’autre qui avance si j’ose dire cérébralement à l’aveugle.

Notre cerveau appréhende pour l’éveillé la non-localité comme l’identification de l’autre à nous-mêmes abolissant comme les méditant la notion d’espace pour se relier au jumeau puis au tout.

La non-causalité : c’est une histoire de cause et d’effet donc de temps. Comme expliqué dans la non-localité (l’espace-temps étant liés) et bien il n’y a pas de notion de cause et d’effet.

Le chemin EST présentement.

C’est difficile de le comprendre mais ce n’est pas parce que l’un prend le chemin de gauche que l’autre prend le chemin de droite mais cela se fait simultanément. En somme, il faut se concentrer uniquement sur l’âme du couple de FJ soit le chemin d’information qui les relient au Tout c’est le fameux (S1+ S2 = S). Donc si les deux jumeaux semblent avoir des vies séparées et etc… leur chemin (âme soit S) est Un. Ainsi, aucun des deux n’influence l’autre mais ils modifient simplement leur chemin ensemble. Comme ce chemin est relié à un Tout plus grand encore c’est là que ça se complique. La flamme éveillée peut voir le chemin s’éclairer alors elle doit rester proche de ce Tout pour guider l’autre et se guider elle-même…

Cela se traduit pour la flamme éveillée par l’impression que le temps n’existe plus soit qu’elle perçoit l’illusion du cycle soit qu’elle ne vit que le présent et perd cette notion progressivement pour être dans l’information. Un peu comme une girouette qui va dans un sens ou un autre et qui transcende le sens d’orientation comme illusoire pour comprendre que seule l’information est importante : JE VAIS (qu’importe le sens).

Notre cerveau traduit cela comme la présence de synchronicités soit des reconnaissances dans l’espace ou des liens que nous pouvons établir grâce à l’activité là encore de certaines zones cérébrales qui font que nous vivons cela en « conscience » car finalement nous manifestons cette compréhension de l’univers.

Cela est une réaction due en partie à l’opposition de phase que notre cerveau a pu vivre s’agissant de notre propre « je suis » lors de la reconnaissance de l’autre.

le non-réalisme : plus dur à appréhender c’est l’idée que finalement chaque entité n’aurait pas des propriétés propres. En somme, il y aurait des propriétés communes à un système qui deviendrait unique alors que les entités semblent manifestées isolément. En gros pour faire simple, certaines particules isolées sous certaines conditions deviennent un état avec des propriétés qui ne permettent plus de les distinguer sous d’autres conditions et notre âme traduit cela.

En somme, chacun de nous à un chemin mais sous certaines conditions il n’existe QU’UN CHEMIN. Bon avant d’en arriver là, expérimentons déjà à petite échelle l’âme commune entre les deux jumeaux.

Tout cela bien sur ne se traduit pas nécessairement dans l’univers manifesté mais tiens plutôt à ce que notre cerveau va projeter.

Notre conscience est d’abord la possibilité pour soi d’obtenir une conscience plus grande de notre environnement.

Et c’est quoi cette étape préalable ? Y aura-t-il un complément divin ?

En somme, une des flammes transcendent clairement la dualité même celle de l’espace-temps, comprend la notion de Un au travers du chemin avec l’autre qui devient de plus en plus clair dans son existence manifestée, la puissance des deux se renforcent ensemble ou s’effondre ensemble.

C’est comme si le système que vous formez avait un œil fermé. Oui c’est lui qui ferme l’œil, hein nous on garde l’œil ouvert et le bon !! :)

Si l’autre arrive à s’éveiller c’est à dire se met à activer des zones cérébrales similaires à celle de la flamme éveillée et bien ils peuvent devenir une conscience vivante et la manifestation d’un Tout comme si ils entraient dans la matrice d’information. Ils cessent simplement d’être un bout d’âme qui tente de maintenir l’équilibre de leur chemin d’un coté mais peuvent pleinement et en « conscience » manifester l’équilibre à un plus haut degré.

En gros, ils perçoivent tous les deux le chemin éclairé et avancent à un autre niveau mais bon ce n’est pas gagné !

Pour le moment la force d’amour de la flamme éveillée traduction de l’évolution et de l’énergie nourrit l’autre qui voit ses pouvoirs s’accroître dans le monde manifesté et ce, si la flamme éveillée gagne elle-même en conscience.

Ainsi, plus vous écoutez votre conscience de l’univers plus son chemin (traduction de votre âme commune gagne en force), vous êtes l’énergie qui anime son bras.

Je l’ai expliqué. Il y a un souci soit on accède à l’information via une modification de notre vision de l’espace (méditation) ou du temps (esprit saint ou parler en langue ou illumination quelconque) mais l’un et l’autre s’empêchent réciproquement comme le serpent mordant éternellement le talon de la femme et la femme écrasant éternellement la tête du serpent, sorte de parabole du rapport entre fréquence et longueur d’onde…

Si leur âme est commune et cette fois manifestée des deux côtés il sera simple que l’un et l’autre soit un pont entre le monde inconscient et le monde conscient. En somme quand l’un médite et dort accédant à la banque d’information (vérité) mais ne peut transmettre cette information car il est obligé de revenir à une vitesse normale ou  si il reçoit de l’information trop rapide qu’il ne peut traduire qu’en redescendant pareillement à des vitesses manifestées moindre et bien l’un et l’autre étant comme chacun d’un côté ou de l’autre de ce que nous pourrions symboliquement voir comme un trou de ver ou en tout cas intriqué et bien toutes les informations auxquelles l’un à la capacité d’accéder sont traduites par l’autre dans le monde manifesté.

En somme avec leur particularisme pour reprendre la célèbre expérience du chat de Schrödinger, il y a un chat qui est tout à la fois mort-vivant dans la boite et un chat en dehors de la boite. Comme ces chats sont intriqués il suffit de mesurer l’état du chat en dehors de la boite pour connaître celui dans la boite. Bon le fait de mesurer l’état du chat à l’extérieur de la boite met de toute façon l’autre dans le même état. Mais si on est malin et qu’on ne cesse de mettre le chat dans la boite par une sorte de mouvement : je le sors, je le rentre et ainsi de suite comme je dors, je me réveille, je dors etc… variable avec je médite et bien il suffira de mesurer chaque fois l’autre chat ou l’autre jumeau pour connaître l’état du système, la vérité et être toujours en accord avec pour qu’il y ait équilibre. Le chat en dehors de la boite pourra accéder en conscience à la volonté divine ! Mais il n’y a pas de place définie quand les deux sont éveillés ils manifestent tour à tour.

Comprenons ceci… Il me semble que cela générera des modifications dans la lecture de l’information.

Vivre son intrication en conscience ou la vivre sans le savoir n’est pas semblable.

L’autre nous blesse quand il se blesse. Mais quand il se blesse il se dit que cela ne regarde que lui. Quand une autre manifestation de soi s’en trouve altérée que se passe-t-il  ?

En somme, quand la mère qui fume sait qu’elle a la responsabilité d’une vie cela parait différent dans son rapport à la cigarette. Alors, elle prend soin de l’autre comme nous le faisons en prenant simplement soin de nous.

Si nous commençons à prendre soin de nous et bien on verra l’autre manifester des choses extraordinaires et quand il manifestera des choses extraordinaires il s’éblouira lui-même avant que l’éblouissement soit commun et fonctionne en conscience conjointement.

En tout cas ce brave Rinpoche avait raison : avoir cette étrange notion du temps donne envie de trouver la sortie ! :)

Publicités